(Paris, le 7 octobre 2022)

Troisième trimestre 2022 :   le 100 % électrique en progression 

Ce qu’il faut retenir sur le marché entreprise
 

Evolution des énergies T3 2022

Le bilan du 3ème trimestre 2022 confirme les évolutions des mois précédents dans les entreprises. A savoir une forme d’attentisme, en raison des délais de livraisons, qui pénalise les immatriculations. Résultat, tout comme au second trimestre, les progressions, tout comme les décroissances, sont limitées sur la période. 

• L’essence progresse très légèrement, avec une part de marché de 21,69 % pour les VP et les VUL immatriculés par les entreprises (contre 21,15 % au second trimestre).
 
• Le Diesel continue de son côté à perdre du terrain, avec 1,29 point de part de marché en moins sur le trimestre, à 50,51 % en incluant les VP et les VUL. Depuis le début de l’année, le Diesel a abandonné 6 points de part de marché (50,51 % contre 56,64 % début janvier).

• L’hybride fait du surplace, avec une part de marché de 19,28 %, contre 19,26 % à la fin du second trimestre. Le repli des immatriculations d’hybrides rechargeables depuis plusieurs mois explique cette situation.
 
• Quant au 100 % électrique, il renoue au troisième trimestre avec la croissance. Sa part de marché s’établit à 6,72 %, contre 6,08 % au second trimestre et 5,32 % en début d’année.

 

Ce qu’il faut retenir sur le marché national
 

Evolution des énergies marché global T3 2022

• Sur le troisième trimestre 2022, au niveau national, le Diesel passe sous la barre des 30 % de part de marché (à 29,63 %). Depuis le début de l’année, il a cédé 5,6 points de part de marché (29,63 % contre 35,23 % début janvier).
 
• L’essence reprend une infime croissance, à 31,78 % de part de marché (+0,21 point).
 
• L’hybride fait sur surplace, avec une part de marché de 23,11 %, essentiellement due à la chute des immatriculations d’hybrides rechargeables.
 
• Le 100 % électrique approche de la barre des 11% de part de marché (10,98 %). C’est la seule énergie qui connaisse une véritable progression, avec 2,65 points de plus par rapport au début de l’année 2022. 
 

--------------------------------------------------

(Paris, le 11 juillet 2022)

Deuxième trimestre 2022 : l’attentisme s’installe
 

Ce qu’il faut retenir sur le marché entreprise

Evolution des énergies S1 2022

Le bilan du 2ème trimestre 2022 marque une forme de stabilisation des parts de marché des énergies dans les entreprises, sur fond de délais de livraisons allongés, ce qui ralentit l’activité et l’électrification des parcs. Les progressions, tout comme les décroissances, sont en effet très limitées sur la période.
 
L’essence fait du surplace, avec une part de marché de 21,15 % pour les VP et les VUL immatriculés par les entreprises (contre 21,22 % au premer trimestre). 

Le Diesel perd de son côté 0,25 point de part de marché, à 51,8 % en incluant VP et VUL, signe de l’activité réduite en termes d’immatriculations sur ce marché.
 
L’hybride continue son ascension dans les parcs d’entreprise et affiche désormais une part de marché de 19,26 % (+ 0,36 point en trois mois).
 
• Quant au 100 % électrique, il stagne au second trimestre, avec une part de marché de 6,08 %.
 

Ce qu’il faut retenir sur le marché national

Evolution des énergies marché global fin juin 2022

• Sur le second trimestre 2022, le Diesel se stabilise à 30,34 % de part de marché par rapport à la fin du premier trimestre. 

L’essence poursuit sa décrue, mais à un rythme limité (-0,48 point), avec une part de marché qui s’établit à 31,57 %.

L’hybride, reste orienté à la hausse, mais sa progression ralentit, avec une part de marché à 23,22 % (+0,32 point) par rapport au premier trimestre 2022.
 
• Stabilité également pour le 100 % électrique, à 10,42 % de part de marché au niveau national (+ 0,18 point).

--------------------------------------------------

(Paris, le 1 avril 2022)

Premier trimestre 2022 : le 100% électrique accélère  

Ce qu’il faut retenir sur le marché entreprise 

Marché entreprise

Le bilan du 1er trimestre 2022 marque un rebond de l’essence dans les entreprises et confirme la montée des véhicules électrifiés.
 
• L’essence s’arroge 1,38 point en un trimestre, avec une part de marché de 21,22 % pour les VP et les VUL immatriculés par les entreprises.
 
• Le Diesel poursuit sa dégringolade. Il perd plus de 10 points en un an et 4,6 points en trois mois, avec une part de marché qui s’établit à 52 % en incluant VP et VUL. Si l’in ne prend en compte que le segment VP, la part de marché du Diesel tombe à 30,7 %.
 
• L’hybride continue son développement dans les parcs d’entreprise et affiche une part de marché de 18,9 % (+ 1,77 point en trois mois et près de 5 points en un an).
 
• Le 100% électrique a franchi un nouveau cap au cours du premier trimestre, à plus de 6 % en entreprise, contre 5,32 % à la fin de l’année. La tendance des immatriculations lui est de plus en plus favorable au fil des mois. 

 

Ce qu’il faut retenir sur le marché national 

Marché global

• Sur le premier trimestre 2022, le Diesel cède 4,8 points à l’échelle nationale par rapport à la fin de l’année dernière. Sa part de marché ressort à 30,44 % à fin mars.
 
• L’essence voit sa part de marché s’effriter de 1 point en trois mois, à 32,05 %. Sur un an, cette énergie cède 3 points.

• L’hybride, reste orienté à la hausse, avec une part de 22,9 % à la fin du premier trimestre 2022. Soit deux points de plus en trois mois et 4,5 points supplémentaires sur un an.
 
• L’électrique termine le premier trimestre avec 10,24 % de part de marché au niveau national. En un an, cette énergie a pris 4 points de part de marché, dont près de 2 points rien que sur les trois derniers mois.

ARCHIVES :
> Baromètre énergie 2020
> Baromètre énergie 2021
> Archives du Baromètre énergies